• roche logo
  • Vous aider à protéger les 
    patientes du cancer du col de 
    l’utérus et du surtraitement.

 

Le recours à la cytologie comme test de dépistage primaire présente des limites. De nouvelles stratégies sont nécessaires.

 

Une cytologie normale ne signifie pas toujours qu’il n’y a pas de cancer.

Jusqu’à un tiers des cas de cancer du col de l’utérus surviennent chez les femmes ayant présenté un frottis cytologique normal lors d’un dépistage par cytologie.1,2

Le dépistage par cytologie en milieu liquide (CML) s’est avéré utile pour réduire de façon significative l’incidence et le taux de mortalité du cancer du col de l’utérus.3 Malgré sa haute spécificité, la cytologie présente une plus faible sensibilité que le test HPV, ce qui peut entraîner la non-identification de la maladie, y compris de cas dangereux, chez certaines femmes.1,2,4


 

De nouvelles stratégies sont nécessaires pour offrir de meilleurs soins aux patientes et éviter le surtraitement.

Des études montrent l’intérêt de passer aux tests HPV à haut risque dans le dépistage primaire du cancer du col de l’utérus.5

  • Dans le cadre du dépistage primaire, les tests HPV à haut risque se sont avérés plus sensibles que la cytologie pour la détection des lésions CIN2+ et CIN3+.4
  • Les tests HPV à haut risque présentent une haute sensibilité, mais manquent de spécificité ; ils identifient avec précision les femmes porteuses de la maladie, mais provoquent des faux positifs chez des femmes saines, entraînant la réalisation de colposcopies inutiles.6
  • Des études montrent l’intérêt de tests permettant d’identifier le génotype 16 ou la combinaison des génotypes 16 et 18 pour la détection des génotypes à plus haut risque de cancer du col de l’utérus.7
  • Les génotypes HPV 16 et HPV 18 sont à l’origine de 70 % des cancers du col de l’utérus.3
  • Le test cobas® HPV permet d’identifier tous les génotypes à haut risque et fournit des résultats individuels pour les génotypes HPV les plus agressifs (16 et 18).

 

Le kit CINtec® PLUS améliore la sensibilité du dépistage sur cytologie.

  • L'utilisation du double immunomarquage  p16/Ki-67 augmente la sensibilité de la détection de 43 % pour identifier les femmes présentant des lésions CIN2+ (93% vs. 65%).8
  • Le test p16/Ki-67 permet de réduire le nombre de colposcopies inutiles tout en détectant les cas sévères de CIN3.9

 

Le kit d’histologie CINtec® améliore sensiblement l’exactitude du diagnostic.10

  • 13 % d’augmentation dans la détection des CIN2+ sans perte de spécificité
  • 45 % de réduction des faux négatifs
  • Augmente la concordance inter-observateurs du diagnostic de CIN2+ de 30 %10

Références :

1. Leyden WA, Manos MM, Geiger AM, et al. Cervical cancer in women with comprehensive health care access: attributable factors in the screening process. J Natl Cancer Inst. 2005;97:675-683.

2. Andrae B, Kemetli L, Sparén P, et al. Screening-preventable cervical cancer risks: evidence from a nationwide audit in Sweden. J Natl Cancer Inst. 2008;100:622-629.

3. Saslow D, Solomon D. Lawson HW, et al. American Cancer Society, American Society for Colposcopy and Cervical Pathology, and American Society for Clinical Pathology screening guidelines for the prevention and early detection of cervical cancer. Am J Clin Pathol. 2012; 137:516-542.

4. Whitlock EP, Vesco KK, Eder M, Lin JS, Senger CA, Burda BU. Liquid-based cytology and human papillomavirus testing to screen for cervical cancer: a systematic review for the U.S. Preventative Services Task Force. Ann Intern Med. 2011; 155:687-697.

5. Rijkaart DC, Berkhof J, Rozendaal L, et al. Human papillomavirus testing for the detection for high-grade cervical intraepithelial neoplasia and cancer: final results of the POBASCAM randomized controlled trial. Lancet Oncol. 2012; 13:78-88.

6. Cox JT, Castle PE, Behrens CM, et al. Comparison of cervical cancer screening strategies incorporating different combinations of cytology, HPV testing and genotyping for HPV 16/18: results from ATHENA HPV study. Am J Ob Gyn. 2012:in Press.

7. Wright T.C., Stoler M, Sharma A, Zhang G, Behrens C, Wright T.L., ATHENA Study Group. Evaluation of HPV-16 and HPV-18 genotyping for the triage of women with high-risk HPV+ cytology-negative results. Am J Clin Pathol. 2011;136:578-586.

8. Petry KU, Schmidt D, Scherbring S, et al. Triaging Pap cytology negative, HPV positive cervical cancer screening results with p16/Ki-67 dual-stained cytology. Gynecol Oncol. 2011;121(3):505-509.

9. Wentzensen N, Schwartz L, Zuna R.E., et al. Performance of p16/Ki-67 Immunostaining to Detect Cervical Cancer Precursors in a Colposcopy Referral Population. Clin Cancer Res 2012;18:4154-4162. Published Online First on June 6, 2012.

10. Bergeron C, Ordi J, Schmidt D, Trunk MJ, Keller T, Ridder R, European CINtec Histology Study Group. Conjunctive p16INK4a testing significantly increases accuracy in diagnosing high-grade cervical intraepithelial neoplasia. Am J Clin Pathol. 2010;133(3):395-406.