• roche logo

Parce que chaque détail compte.

Informez-vous. Connaissez les risques.

 

 

Recommandations françaises

Recommandations de la Haute Autorité de Santé1

En France, le dépistage est recommandé pour toutes les femmes de 25 à 65 ans suivant les recommandations de la Haute Autorité de Santé (anciennement ANAES) datant de 2002. À partir de 25 ans, toute femme ayant eu des rapports sexuels doit faire un frottis. Les 2 premiers frottis doivent être réalisés à un an d'intervalle. Si leur résultat est normal, la surveillance passe à un frottis tous les 3 ans, jusqu'à l'âge de 65 ans. 


En France, le test HPV est recommandé suite à une cytologie ASC-US initiale.

  • Si le test HPV est négatif, une cytologie sera réalisée à 3 ans.
  • Si le test HPV est positif, une colposcopie avec biopsie si anomalie seront réalisés.

Le test HPV est réalisé par test réflexe si le frottis initial est en milieu liquide. Si le frottis initial est réalisé sur lame (frottis conventionnel), un nouveau prélèvement dans un milieu dédié devra être effectué pour permettre la réalisation du test HPV.

Pour les femmes de moins de 30 ans, le test HPV peut être substitué par un test de double immuno-marquage Ki67/P16 (test CINTec plus)

 


* Possible uniquement si frottis initial en milieu liquide
** Par test réflexe si frottis initial en milieu liquide, après second prélèvement en milieu dédié si frottis initial sur lame.

 

En cas de cytologie ASC-US initiale et de premier examen positif (HPV ou double immunomarquage), une colposcopie doit être réalisée.

  • Si cette colposcopie est normale et satisfaisante, un nouveau test HPV ou une cytologie de contrôle doivent être réalisés à 12 mois.
  • Si la colposcopie présente des anomalies, une biopsie et une analyse histologique seront réalisés.

Lésion histo = lésion histologique d'après biopsie
* Si la colposcopie est non satisfaisante (ZT3), un contrôle colposcopique après préparation et/ou un curetage de l'endocol doivent être proposés (en dehors de la grossesse).

Une conisation diagnostique de première intention n'est pas recommandée.

Recommandations du CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français) 

Dans le rapport datant de 2007, publié par le CNGOF, "Recommandations pour la pratique clinique de la prévention du cancer du col de l’utérus"2, sont reprises les recommandations de l'HAS. Cependant, le test HPV est également recommandé dans la surveillance après traitement des CIN de haut grade.

Même s'il ne fait l'objet d'aucune recommandation officielle, l'intérêt du test HPV dans la surveillance post-thérapeutique des CIN 2-3 est démontré. Le CNGOF en collaboration avec la Société Française de Colposcopie et Pathologies Cervico-Vaginales recommande l'utilisation du test HPV 3 à 6 mois après le traitement d'une CIN2-3. L'objectif de ce test est de pouvoir affirmer le succès thérapeutique indépendamment du statut des marges de résection3.

Les données de la littérature montrent que le test HPV est plus performant que le frottis pour dépister une lésion résiduelle ou une récurrence4,5.

Le CNGOF recommande de réaliser un frottis + un test HPV dans les 3 à 6 mois suivant le traitement d'une CIN2+2

Références:

  1. http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Collections/Recommandations-et-referentiels#collection_50622
  2. CNGOF,  Recommandations pour la pratique clinique,  31èmes journées nationales, 2007
  3. Mergui JL, Polena V, David-Montefiore E, Uzan S; Guidelines for follow-up of women treated for high-grade cervical neoplasia; Journal de gynécologie obstétrique et biologie de la reproduction, 2008; 37 Suppl 1: S121-30. 
  4. Arbyn M, Ronco G, Anttila A, Meijer CJ, Poljak M, Ogilvie G, et al. ; Evidence regarding human papillomavirus testing in secondary prevention of cervical cancer; Vaccine. 2012; 30 Suppl 5: F88-99
  5. Legood R, Smith M, Lew JB, Walker R, Moss S, Kitchener H, et al. ; Cost effectiveness of human papillomavirus test of cure after treatment for cervical intraepithelial neoplasia in England: economic analysis from NHS Sentinel Sites Study; BMJ (Clinical research ed. 2012; 345: e7086.