• roche logo

Parce que chaque détail compte.

Informez-vous. Connaissez les risques.

 

 

Le test cobas® HPV. Outil de prévention du cancer du col de l’utérus.

L’identification des génotypes HPV 16 et 18 apporte une meilleure précision et une plus grande spécificité aux tests HPV à haut risque.

L'HPV 16 et l'HPV 18 sont à l’origine de 70 % des cancers du col de l’utérus, et sont les deux génotypes HPV oncogènes les plus fréquents tant dans les carcinomes squameux que dans les adénocarcinomes.1 Une stratégie de dépistage primaire optimale focalise les soins médicaux sur les femmes présentant des génotypes HPV 16 et 18 et réoriente les autres génotypes à haut risque.2,3

 

 

D’après les valeurs de référence ATHENA : 3

 

Stratégies de dépistage primaire du cancer du col utérin  

*Positif au HPV 16 et/ou 18


Stratégie 1: Cytologie avec test HPV réflexe6 (recommandations françaises actuelles)

 

  • Stratégie peu sensible pour détecter des lésions ≥CIN3
  • Stratégie peu efficace car nécessite un suivi fréquent (au moins tous les 3 ans)

 

Stratégie 2: HPV avec génotypage 16/18 et cytologie réflexe

  • Identifie 1,3 fois plus de cas que la stratégie actuelle
  • Plus efficace que les recommandations actuelles, puisque seules 7,2 colposcopies ont été nécessaires pour détecter un seul cas de ≥CIN3, contre 7,7 (stratégie 1)

 

Stratégie 3: HPV avec cytologie réflexe

  • Identifie autant de lésions pré-cancéreuses que la stratégie 1
  • Plus efficace que les recommandations actuelles, puisque seules 6,1 colposcopies ont été nécessaires pour détecter un seul cas de ≥CIN3, contre les 7,7 (stratégie 1)

 

Stratégie 4: HPV seul

  • Stratégie de dépistage présentant la meilleure sensibilité, permettant d’identifier plus de maladies que la cytologie seule
  • Faux positifs cliniques (≥CIN3) à prendre en compte
  • Stratégie particulièrement invasive, car 13,8 colposcopies ont été nécessaires pour détecter un seul cas de ≥CIN3

Définir un nouveau standard de soins est possible.

Le test cobas® HPV permet la stratification des patientes.3,4

Les tests HPV avec génotypage 16/18 alliés à la cytologie réflexe allient efficacement le nombre de cas détectés et le nombre d'interventions, en détectant près de 1,3 fois plus de cas de ≥CIN3 que la stratégie actuellement recommandée en France (cytologie puis triage ASC-US avec un test HPV ADN).6

Scroll Right
  Tests de dépistage3 % de cas de ≥CIN3 détectés lors de l’enquête de référence3 Colposcopies3 Colposcopies nécessaires pour détecter un cas de ≥CIN33
Cytologie avec test HPV réflexe 35 546 56 % 816 7,7
Test cobas® HPV avec identification du génotype et cytologie réflexe 36 423 72 % 982 7,2
Test HPV avec cytologie réflexe 37 126 52 % 596 6,1
Dépistage par test HPV à haut risque seul 34 254 90 % 2 341 13,8

Total des cas de ≥CIN3 = 189
Total du nombre de femmes dépistées = 34 254
Données extraites de l’étude ATHENA

 


 

Le test cobas® HPV. Un test marqué CE pour une indication en dépistage primaire7.

Contribue à protéger les femmes du cancer du col de l’utérus et du surtraitement.

  • Le test cobas® HPV :
    • Permet d'identifier 14 HPV à haut risque avec le génotypage HPV 16/18, un atout significatif par rapport aux pratiques actuelles.3,7
    • Permet une stratification plus efficace et précoce des femmes ayant besoin d’une colposcopie et de celles n'en ayant pas besoin, compte tenu d'un risque faible3,7
    • Permet de prolonger les intervalles de dépistage avec assurance6,7
    • Est conforme aux directives américaines, qui reconnaissent les avantages de l’identification des HPV 16/181,7
    • L'identification des génotypes 16/18 permet de trouver plus des lésions cancéreuses et pré-cancéreuses tout en restant coût-efficace pour le système santé3,7
 

En savoir plus sur le test cobas® HPV.

Références:

  1. Herzog TJ, Monk BH. Reducing the burden of glandular carcinomas of the uterine cervix. Am J Obstet Gynecol. 2007;197:566-571.
  2. Rijkaart DC, Berkhof J, Rozendaal L, et al. Human papillomavirus testing for the detection for high-grade cervical intraepithelial neoplasia and cancer: final results of the POBASCAM randomized controlled trial. Lancet Oncol. 2012; 13:78-88.
  3. Cox JT, Castle PE, Behrens CM, et al. Comparison of cervical cancer screening strategies incorporating different combinations of cytology, HPV testing and genotyping for HPV 16/18: results from the ATHENA HPV study. Am J Ob Gyn. 2012:In Press.
  4. Wright TC, Stoler MH, Behrens CM, et al. The ATHENA human papillomavirus study: design, methods, and baseline results. Am J Obstet & Gynecol. 2012;206:46.e1-11.
  5. Katki HA, Kinney WK, Fetterman B, et al. Cervical cancer risk for women undergoing concurrent testing for human papillomavirus and cervical cytology: a population-based study in routine clinical practice. Lancet Oncol. 2011;12(7):663- 672.
  6. Haute autorité de santé : http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Collections/Recommandations-et-referentiels#collection_50622
  7. Notice du test cobas® 4800 HPV 05641225001-17FR 10/2017